Spectacle chanté et dansé POP COLLECTION à La Castine

Dimanche, 2 avril, 2017 - 20:30

12 Rue du Général KOENIG
67110 REICHSHOFFEN
France

Spectacle réalisé en collaboration avec le groupe de danse "Pointes de pieds" de Soultz sous Forêts. Une rétrospective librement interprétée des premiers tubes des années 60/70 et en deuxième partie des années 80/90, le tout émaillé de sketch se référant aux  émissions télé cultes de l'époque. Un spectacle rythmé, vitaminé, à consommer sans modération.

souvenirs… Article paru dans les DNA en février 2017.

Grand moment samedi soir à la Castine : Mélodie en  chœur et le groupe de danse Pointes de Pieds de Soultz-sous-Forêts présentaient leur nouveau spectacle « Pop  collection ». Une délicieuse plongée dans les années soixante, soixante-dix et quatre-vingt.

Les danseuses du groupe Pointes de Pieds et Mélodie en chœur, une belle rencontre assurément. PHOTO DNA

Mélodie en chœur a brillamment revisité le répertoire de la chanson française et anglo-saxonne. PHOTOS DNA

Les deux se complétaient harmonieusement. D’un côté la force, la maîtrise, la subtilité et l’exubérance de soixante choristes et musiciens (Marc à la guitare, Laetitia et Thomas au clavier et Alain à la batterie) au sommet de leur passion, à l’instar de Thomas Kern, l’enthousiasme même, à la baguette. Et de l’autre, la grâce et la volupté des libellules, ces onze danseuses venues de l’Outre-Forêt. « Une belle rencontre entre les deux », comme le faisait justement remarquer Virginie Philipps, leur meneuse. Cela a donné un cocktail subtil, aux accents jubilatoires. Le public — la Castine affichait complet depuis une semaine — s’est tout simplement régalé.

La plongée dans cette période insouciante des années soixante ne pouvait mieux débuter. Place au second succès de « l’idole des jeunes », Johnny Hallyday, celui avec lequel il allait véritablement gagner ses galons de star Souvenirs, souvenirs, indiscutablement l’hymne français des années 60, celui que fredonnent toujours les sexagénaires. Comme un frisson dans la salle. C’est beau. « ORTF » sur fond d’écran, une voix de Guy Lux. Nostalgie, quand tu nous tiens.

Le public chavire

Et puis ça swingue avec La Java de Broadway. Les années s’égrènent. Le concours de l’Eurovision, la mort de Pompidou. Frédérique, Élisabeth et Marc assurent un medley du groupe ABBA entre strass et paillettes. Les danseuses sont au diapason. Les interventions de Maître Capello — détonnant Guillaume — sont subtiles: « Y a-t-il allusion à notre région ? Je vous demande, s’il vous plaît, de demander une autre phrase… »

« Vous les copains je ne vous oublierai jamais », « Biche oh ma biche, lorsque tu soulignes au crayon noir tes jolis yeux… », « La plus belle pour aller danser »: les airs s’enchaînent, le public chavire et se sent tout à coup plus léger.

Adamo n’est pas oublié Vous permettez, Monsieur ? , ni Françoise Hardy Tous les garçons et les filles de mon âge, ni d’ailleurs Danyel Gérard Butterfly. Cette première partie très enlevée se termine avec Retiens la nuit un autre hit de Johnny et Pour un flirt.

On reprend avec The Show must go on. Un météorologue sur Antenne 2 fait son travail : « Demain nous fêterons les Agathe et comme le dit le dicton : le temps se gâte… » Sur la scène de la Castine, tout va bien. On change d’époque. Les moments forts se succèdent : On ira, un mémorable medley « Pop collection » et 99 Luftballons de Nina.

Le Jerk par le Mélo Band se place avant La dernière séance. La salle est debout, deux bis magnifiques pour la route: Laissez-nous chanter ! Une soirée parfaite.